Paquet énergie-climat 2030 : la FIEEC demande que l'efficacité énergétique soit au coeur du dispositif

Le Conseil européen se réunira les 23 et 24 octobre pour définir les grands axes du Paquet Energie‐Climat 2030. A cette occasion, les industriels réunis au sein de la FIEEC, la Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication, souhaitent rappeler avec force le caractère central de l’efficacité énergétique pour les politiques énergétiques à venir de l’Europe au‐delà des nombreuses externalités positives liées au développement des technologies et solutions d’efficacité énergétique. Aussi, la FIEEC demande au Conseil européen d’intégrer cette réflexion au coeur de ses priorités et de fixer un cap clair en faveur de l’efficacité énergétique...

Les industries électriques, électronique et de communication :
acteurs clefs de la transition énergétique

Une filière d’excellence et structurante en France

14% de l’emploi industriel soit 420 000 emplois
98 Mds d’euros de CA dont 40 % à l’export
87 % de PME et ETI
3 000 entreprises
8% du CA dédié à la R&D
Source : INSEE et syndicats professionnels

La réponse pertinente aux enjeux de la Nation

Enjeu économique : redresser la balance commerciale de la France et renforcer la compétitivité des entreprises en limitant la demande en énergie et en intégrant les énergies renouvelables et en favorisant l’exportation des produits technologiques français. Enjeu social : développer les formations aux nouvelles technologies en vue de pourvoir les emplois à valeur ajoutée sur nos territoires.
Enjeu environnemental : réduire les émissions de CO2 par la limitation des besoins en énergie fossiles, l’intégration de la chaleur renouvelable et par la réduction des pics de consommation d’électricité.
Enjeu industriel : amplifier l’excellence industrielle française dans nos solutions et technologies de pointe au service de la croissance, de la compétitivité, du développement économique dans les territoires et à l’international.

Des réseaux énergétiques plus intelligents

Optimiser l’efficacité du système énergétique dans sa globalité grâce aux échanges d’information entre production, distribution et consommation :

  • Adapter le réseau aux nouveaux usages de l’électricité comme le véhicule électrique
  • Intégrer l’électricité renouvelable et promouvoir l’autoconsommation
  • Réduire la pointe électrique par l’effacement des consommations
  • Mettre en oeuvre la tarification dynamique de l’électricité

Des villes plus durables

Connecter le bâtiment dans l’éco-quartier :

  • Piloter et optimiser la production et la distributiond’électricité à l’échelle du quartier
  • Mutualiser l’énergie en équilibrant la production,la consommation et le stockage de l’énergiedans le quartier grâce aux automatismesconnectés

Des bâtiments plus intelligents et performants

Rendre le consommateur acteur de sa consommation d’énergie :

  • Sensibiliser l’occupant par la mesure et l’affichage des consommations d’énergie et de la qualité de l’air
  • Optimiser durablement l’utilisation de l’énergie par les outilsde contrôle et de régulation
  • Miser sur les solutions de chauffage et de production d’eauchaude sanitaire associant la chaleur et l’électricité renouvelables
  • Promouvoir les meilleurs équipements et solutions en matièred’efficacité énergétique

Tribune de Laurent Prat (Syndicat de l’Eclairage / SECURLITE), représentant de la FIEEC/CGPME à la Conférence environnementale dans Le Cercle Les Echos – 25 septembre 2013

Version conpressée...

Conférence environnementale : Ne nous trompons pas de débat !



Lire la tribune "Conférence environnementale : Ne nous trompons pas de débat" sur lemonde.fr


Dans quelques jours s’ouvrira la conférence environnementale qui réunira, autour du Gouvernement, les acteurs de l’avenir énergétique de la France. C’est un moment important pour notre pays : face au renchérissement inéluctable de l’énergie et aux défis environnementaux et sociétaux à venir, un débat approfondi doit avoir lieu pour que nous puissions établir collectivement les bases de notre avenir et inventer le monde de l’énergie de demain.
Ce débat, éminemment stratégique, est celui de tout le pays. Il doit être mené dans la sérénité et ne peut être réduit à une seule de ses facettes ou confisqué à des fins politiciennes. C’est le véritable enjeu de la Conférence environnementale: éviter d’enliser les travaux dans des discussions stériles parce que partielles ou partiales et focaliser la réflexion sur les enjeux réels.
Ainsi, trop souvent, le débat sur la transition énergétique est réduit à un affrontement pour ou contre le nucléaire. Le nucléaire existe dans notre pays, et ce pour plusieurs dizaines d’années. C’est une réalité, et cela n’obère en rien la nécessité de développer les énergies renouvelables. Des arbitrages politiques ont clairement été arrêtés concernant le mix énergétique : il faut désormais transcender le débat.

Gestion intelligente de l'énergie et efficacité énergétique doivent être au coeur du sujet ! En effet, l’énergie qui n’est pas consommée n’a pas besoin d’être produite. Qui plus est, elle ne coûte rien. D’après l’Agence Internationale de l’Energie, 50% des réductions des émissions de CO2 seront induites par l’efficacité énergétique. De nombreuses solutions de gestion de l’énergie, notamment des bâtiments, existent mais elles demeurent peu connues : accélérons leur mise en œuvre ! Il est curieux de constater, par exemple, que chaque citoyen est en mesure de connaître avec une relative précision  la consommation d’essence de son véhicule, mais que nous n’avons pas à l’esprit, même approximativement, la consommation d’électricité de notre logement.
La mesure, l’affichage mais aussi la régulation et la gestion de la consommation énergétique des bâtiments est un impératif. Les produits et solutions de la filière de la gestion énergétique permettent une réduction de plus de 20% de la consommation d’énergie des bâtiments, avec un retour sur investissements rapide de moins de cinq ans dans la plupart des cas. Il y a là un gisement de plusieurs milliards d’euros d’économies par an. Rapportées à l’ensemble des bâtiments en France, ces économies d’énergies sont considérables, et permettent de réduire la facture énergétique et la dépendance énergétique du pays en conséquence.

Au-delà, c’est cette conférence est l'occasion de penser la migration vers le numérique de la filière éco-électrique française. Nos infrastructures électriques doivent être modernisées pour être en mesure de s’adapter aux contraintes et aux usages de demain. Nos réseaux doivent devenir intelligents grâce aux technologies numériques, afin de pouvoir intégrer des modes de production d’énergie décentralisés (les énergies renouvelables), de mieux gérer les pointes de consommation, ou encore d’absorber les sollicitations liées au développement de nouveaux usages, tels que le véhicule électrique. La convergence des technologies électriques et numériques va remodeler la ville de demain, dont les équipements interconnectés répondront aux nouveaux besoins des citoyens, des entreprises et des administrations.
Le réel enjeu de la conférence environnementale est donc bien de donner une impulsion forte au nécessaire virage énergétique de notre pays. Au-delà de la question du mix énergétique, il est primordial de mettre en place les infrastructures et les outils de gestion efficace de l’énergie. Sans cette vision globale, nous n’apporterons qu’une réponse incomplète au défi environnemental qui nous attend.
Il est donc urgent de mettre en œuvre ces solutions. Notre pays a des atouts industriels majeurs dans ce domaine. La filière de la gestion énergétique compte dans ses rangs plusieurs leaders mondiaux et plus de 50 000 PME ou ETI, performantes et innovantes, implantées sur notre territoire.
Nous avons une opportunité unique de répondre à l’urgence environnementale, tout en dotant notre pays des moyens de développer les usages énergétiques et numériques du futur qui répondront à de nombreux autres besoins sociétaux, tels que la sécurité ou la télésanté. Ce faisant, c’est toute une filière industrielle d’excellence qui peut-être renforcée, générant de fait croissance et emplois en France, ainsi que des capacités exportatrices dans un domaine qui représente un marché pérenne à l’échelle mondiale.
Aussi, ne nous trompons pas de débat, les enjeux sont trop importants. Saisissons cette chance de faire converger notre redressement productif  avec les enjeux environnementaux du futur.

Transition et efficacité énergétiques : au coeur des enjeux du futur

Efficacité énergétique

Mesurer, afficher, réguler et gérer les consommations des bâtiments
L’efficacité énergétique, c’est entre 4 et 6 milliards d’euros d’économies d’énergies par an, plusieurs milliards d’euros d’économies d’investissement en moyens de production, et un renforcement de notre indépendance énergétique. D’après l’Agence Internationale de l’Energie, l’efficacité énergétique apportera 50% des réductions des émissions de CO2.

Smart grids

Partager l’énergie grâce à un réseau capable de s’adapter aux contraintes
Rendre le réseau intelligent, c’est y intégrer les nouvelles technologies pour mieux gérer l’équilibre production‐consommation et les pics de demande d’électricité. Il s’agit également d’adapter les réseaux aux nouveaux modes de production (énergies renouvelables) et de consommation (véhicules électriques,...).

Mobilité électrique

Mettre en place les infrastructures nécessaires à l’essor du véhicule électrique
Le développement du véhicule électrique doit être accompagné d’un vaste effort d’équipement en bornes de rechargement, tant sur la voie publique que dans les logements. Ces bornes peuvent être couplées à de nouvelles technologies permettant de nouvelles fonctionnalités comme la gestion informatisée des flottes ou le stockage/ déstockage d’énergie dans les batteries des véhicules.

Ville de demain

Interconnecter les équipements urbains et rendre la ville intelligente
La ville est un vecteur essentiel d’efficacité énergétique et un gisement majeur d’économies d’énergie. L’interconnexion des différentes composantes de la ville (infrastructures et équipements urbains, bâtiments résidentiels, industriels ou tertiaires) est un enjeu majeur pour permette de nouvelles évolutions pour répondre aux besoins sociétaux (environnement, sécurité, bien‐être, maintien à domicile, etc.).

Focus : Efficacité énergétique des bâtiments

Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ?

L’efficacité énergétique peut se définir comme le rapport entre le service délivré au sens large (performance, produit, énergie, confort, service) et l’énergie qui y a été consacrée.

L’amélioration de l’efficacité énergétique consiste donc, par rapport à une situation de référence soit à :

  • augmenter le niveau de service rendu, à consommation d’énergie constante ;
  • économiser l’énergie à service rendu égal ;
  • réaliser les deux simultanément.

Ainsi, les solutions d’efficacité énergétique visent à améliorer la performance délivrée avec une moindre consommation d’énergie.

Démarche et étapes de l'efficacité énergétique

En matière d’efficacité énergétique, il faut jouer sur trois leviers :

  • la diminution les besoins qui sont relatifs au bâti ;
  • l'amélioration les équipements techniques du bâtiment et leur gestion ;
  • le comportement de l'utilisateur.

En revanche la mise en pratique sur le terrain sera différente en raison des divergences liées :

  • aux aspects techniques ;
  • aux équipements, systèmes et solutions à mettre en oeuvre ;
  • aux coûts d’exploitation et de maintenance ;
  • aux méthodes de financement ;
  • aux temps de retour sur investissement.

La conception efficace ne se suffit pas à elle-même. Elle doit être appuyée à chaque instant par une gestion rationnelle de l’énergie. La maîtrise des consommations consiste à devenir acteur conscient de ses consommations.

Les adhérents de la FIEEC acteurs de l’efficacité énergétique

ACR – Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation
Dès janvier 1972, avant le premier choc pétrolier, les principaux constructeurs de matériels de Régulation se sont unis pour créer l’Association Confort Régulation. En février 2007 l’Association Confort Régulation devient le : Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l’efficacité énergétique des bâtiments.
www.acr-regulation.com

AFDEL - Association Française Des Editeurs de Logiciels
Créée en octobre 2005, l’Association Française des Editeurs de Logiciels, AFDEL, a pour vocation de rassembler les éditeurs autour d’un esprit de communauté et d’être le porte-parole de l’industrie du logiciel en France. L’AFDEL compte aujourd’hui plus de 280 membres (CA global : 2,5 Mds€) dans toute la France : grands groupes de dimension internationale dont les premiers français (45% du Top 100 France en CA), PME et Start up. L’AFDEL est membre de la FIECC et de la CICF et participe à la gestion de la convention collective Syntec-CICF et de l’offre de formation de branche.
www.afdel.fr

FGME- Fédération des Grossistes en Matériel Electrique
La Fédération des Grossistes en Matériel Electrique, FGME, joue un rôle de lien et d’interlocuteur permanent avec les organisations professionnelles des fabricants. La FGME regroupe 119 entreprises adhérentes représentant 15000 salariés pour un chiffre d’affaires de 6 milliards €.
www.fgme.fr

GIFAM - Groupement Interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipements ménagers
Créé en 1967, le GIFAM rassemble 52 entreprises, grands groupes multinationaux et PME qui représentent plus de 90% du marché. Il s’articule autour de trois secteurs : les gros appareils ménagers (GEM), les petits appareils ménagers (PEM), les appareils thermiques électriques
www.gifam.fr

GIMELEC – Groupement des Industries de l'Equipement Electrique, du Contrôle- Commande et des Services Associés
Le GIMELEC rassemble 230 entreprises qui fournissent des solutions électriques et d’automatismes sur les marchés de l’énergie, du bâtiment, de l’industrie et des infrastructures. Les entreprises membres du GIMELEC génèrent un chiffre d’affaires de 11.7 milliards d’euros à partir de la France et de 40 milliards d’euros dans le monde. Leurs produits, équipements, systèmes et services assurent des fonctions essentielles.
www.gimelec.fr

IGNES – Industries du Génie Numérique Energétique et Sécuritaire
Né en janvier 2011 de la fusion de 4 syndicats professionnels (DOMERGIE, GIMES, GISEL, SYCACEL), IGNES, vise à définir et promouvoir une infrastructure énergétique, numérique et sécuritaire unifiée et performante pour les bâtiments résidentiels et professionnels. Il représente désormais collectivement les intérêts des industries de l’installation électrique et de la domotique, de la sécurité électronique, de l’éclairage de sécurité et de la protection et du support de câblage.
www.ignes.fr

SER - Le Syndicat des énergies renouvelables
Créé en 1993, le Syndicat des énergies renouvelables regroupe 550 adhérents et représente, directement ou indirectement, plusieurs milliers d’entreprises, concepteurs, industriels et installateurs, associations professionnelles spécialisées, représentant les différentes filières. Parmi ses adhérents figurent les plus grands énergéticiens mondiaux ou nationaux comme des groupes ou acteurs locaux des énergies renouvelables.
www.enr.fr

SERCE – Syndicat des Entreprises de Génie Electrique et Climatique
Le SERCE a été créé en 1922 et réunit aujourd’hui près de 260 entreprises spécialisées réparties sur plus de 900 sites en France. Elles réalisent 15 milliards de chiffre d’affaires avec l’appui de 150 000 collaborateurs. Ces entreprises exercent leurs compétences dans le domaine du génie électrique et climatique.
www.serce.fr

SYCABEL - Industrie française des fils et câbles électriques et de communication
L'industrie française des fils et câbles électriques et de communication constitue l'un des plus importants secteurs de la construction électrique nationale et, par la présence des grands leaders, elle se situe au premier rang mondial. Acteurs principaux dans le transport et la distribution de l'énergie et dans les organes de transmission des signaux électriques ou optiques, les fils et câbles électriques sont présents partout.
La profession des fabricants de fils et câbles électriques et de communication est regroupée, à hauteur de 90% au sein d'une organisation syndicale créée en 1917.
www.sycabel.com

Syndicat de l’éclairage
Le Syndicat de l’éclairage est une organisation professionnelle qui regroupe les fabricants de lampes, de matériels d’éclairage pour l’intérieur et pour l’extérieur, luminaires, candélabres, auxiliaires électriques et électroniques, systèmes de commandes et de gestion de l’éclairage et services associés, et représente plus de 80 % des lampes d’éclairage général vendues sur le marché français et environ 70 % des luminaires fonctionnels ou architecturaux pour l’éclairage intérieur ou extérieur, avec 48 entreprises adhérentes et un chiffre d’affaires en France d’environ 1,1 milliard d’euros.
www.syndicat-eclairage.com

Syndicat de la mesure
Le Syndicat de la Mesure regroupe les entreprises spécialisées dans la conception et la fabrication d’appareils de mesure et les services associés d’installation, de maintenance et de contrôle métrologique. Les marchés d’application sont notamment l’eau, l’énergie thermique, le gaz, les hydrocarbures, les vannes et la régulation.
www.syndicat-mesurev2.fr

UNICLIMA – Syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques
UNICLIMA est né du regroupement des deux anciens syndicats GFCC et Uniclima. Ce regroupement a traduit une volonté commune des fabricants d’équipements du génie climatique d’adapter leurs organisations professionnelles à l’interpénétration croissante de leurs marchés et de renforcer leur représentativité et leur capacité d’action et de proposition dans un environnement législatif et règlementaire en mutation très rapide aux échelons européen et national.
www.uniclima.org